Bulldozer Deutz dk 60: machine puissante avec etat de service impressionnant

Deutz était l’une des marques de tracteur de référence en Allemagne dans les années 50. La gamme de tracteurs populaire à l’époque était non seulement composée de tracteurs standard, mais également d’un nombre de tracteurs sur chenilles initialement conçus pour des travaux agricoles. Très vite, on constatait que l’industrie était beaucoup plus intéressée et les tracteurs Deutz étaient équipés de lames. Le bulldozer Deutz DK 60 B était né.

En 1958, l’armée de terre de la République Fédérale de l’Allemagne de l’époque commandait une version adaptée du modèle standard DK 60 B. Trois années plus tard suivi la commande d’une version modernisée de ce modèle, nommé DK60 BB. En tout, 350 exemplaires étaient construits. Le DK60 BB resta en production jusqu’en 1963.

Double système d’admission

Le DK60 BB était équipé d’un moteur à refroidissement à air Deutz d’un contenu de 5.322 cm3 et double système d’admission. Un système unique aux modèles militaires afin de permettre un fonctionnement optimal en conditions froides. Par cylindre, il y a deux canaux d’admission d’air. Un canal ‘normal’ et un qui passe par le canal d’échappement. Les canaux sont séparés par des soupapes qui se règlent automatiquement selon la température de l’air à aspirer. Ainsi, le moteur est toujours alimenté en air à la bonne température afin d’atteindre son rendement maximal.

Texte: Jan Ebinger - Images: Jan Ebinger & Grondwerken Van Hoecke
Pour guider,il y a un levier d’embrayage de chaque côté. Pour aller vers la droite, par exemple, on tire le levier de droite vers l’arrière et pousse le frein côté droit. Ainsi, la chenille de droite est débrayée et la chenille de gauche continue sur sa route. En relâchant le levier de droite et le frein de droite, le Deutz va à
nouveau tout droit.

Le moteur F4L 514 à quatre cylindres renommés délivrant 65 ch par 1.800 tours/ min était le même que celui utilisé pour les tracteurs Deutz de type F4L 514/4 et F4L 514/5. La transmission était équipée d’un coupleur hydraulique Voith 422, utilisé plus tard pour la série Fendt Favorit 600 et certains modèles d’International et Schlüter. La conduite s’effectue à l’aide d’une pédale d’embrayage générale, de 5 vitesses avant et de 3 vitesses arrière et d’un levier de marche avant ou arrière. Pour guider, il y a un levier de débrayage de chaque côté. De plus, la machine est équipée d’une pédale et manette d’accélération et un levier de commande pour la lame à réglage mécanique.

Partenaire fiable

Le Deutz DK60 BB appartient à l’entreprise de terrassement Van Hoecke de Maldegem (Flandre Orientale) et fut achetée par Hugo Van Hoecke chez un service de conteneurs de Roeselare en 1989. Grondwerken Van Hoecke a été fondée en 1987 par Hugo Van Hoecke, qui avait acquis l’expérience nécessaire en tant que conducteur de grues pour la construction de routes. Le Deutz DK60 de l’armée allemande achetée par Grondwerken Van Hoecke était utilisé principalement pour ouvrir de la pierraille ou de la terre sur les plus grandes parcelles. Willem, le fils d’Hugo, a repris les activités en l’an 2000, assisté depuis 2013 par le petit-fils du fondateur, Joachim.

Van Hoecke se concentre surtout sur la livraison de terre arable et de remblai, la construction de chaussées et la livraison et le placement de puits à eau de pluie et sceptiques. “Puisqu’il est notre seul bulldozer, mais surtout suite à son état de service impressionnant pour le déplacement de terre, le nivellement ou le rehaussement de terrains, nous devons tout doucement penser à le remplacer, explique Joachim. Il ajoute immédiatement: “Il ne sera toutefois jamais vendu, et nous comptons un jour le restaurer dans toute sa splendeur. Les points forts de cette machine: sa facilité de transport, sa maniabilité et sa polyvalence. Malgré son âge et une commande entièrement mécanique, il me permet de niveler

Texte: Jan Ebinger - Images: Jan Ebinger & Grondwerken Van Hoecke
Des photos des archives de Grondwerken Van Hoecke: le conducteur actuel Joachim pose avec son père Willem.

de façon très précise. Le bulldozer est constitué uniquement de technologie mécanique, ce qui le rend extrêmement solide et facile à entretenir. En cas de casse nous pouvons le réparer nous-mêmes, ce qui est très important pour nous. Nous avons horreur de machines bourrées d’électronique auxquelles nous ne pouvons plus rien faire nous-mêmes.

“Les modèles pour la Bundeswehr étaient équipés d’une lame Frisch et d’un treuil à l’arrière. L’entraînement mécanique du treuil permet à la machine de déplacer d’autres véhicules dans la boue en cas de mauvaises conditions du terrain ou de s’en sortir luimême avec l’aide d’arbres ou de points d’encrage. Nous n’avons heureusement quasi jamais du utiliser le treuil, continue Joachim.

Lorsque nous demandons si la machine présente des points faibles, il n’hésite pas longtemps. “Le DK60 BB ne présente qu’un seul inconvénient: l’absence d’une cabine entièrement fermée. Mieux vaut donc s’habiller chaudement en hiver

Deutz et ses tracteurs sur chenilles

Lorsque Deutz présentait un tracteur sur chenilles de 60ch en 1953, à Cologne, tant les distributeurs de la marque que la presse agricole étaient surpris. Contrairement à ses concurrents majeurs Lanz et Hanomag, KHD n’avait pas la moindre expérience en termes de vente et de production de série de tracteurs sur chenilles. Deutz avait toutefois une excellente réputation en termes de tracteurs agricoles. Le concept du “Raupenschlepper 60” était destiné aux secteurs agricole et forestier. La machine n’était donc pas équipée de lame. En 1955 suivaient les types DK 60 et DK 90 équipés de lames Frisch et pouvant donc être utilisés comme bulldozers dans la reconstruction de l’Allemagne. Suite à la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses infrastructures telles que ponts, routes et voies ferrées, usines et bâtiments devaient être rebâties. Au cours de années 60, Deutz mettait régulièrement à jour ses modèles à chenilles. En 1966, la marque introduisait le DL 1250 P, véritable pionnier par son moteur de 115ch placé à l’arrière. En 1974, KHD décidait d’arrêter la production de bulldozers pour se concentrer entièrement sur l’expansion de la gamme de tracteurs Deutz et des machines de fourrage Fahr.

%d blogueurs aiment cette page :