Big in Belgium : Hitachi KMC 1200 S

Avec une portée maximum de 51 mètres et un poids de pas moins de 170 tonnes, cette Hitachi KMC 1200 S,      baptisée « demolition dragon » par Martens Democom, a assurément sa place dans notre rubrique « Big in Belgium ». Déjà présentée lors du salon Bauma, cette machine de démolition est depuis peu en action au Grand-Duché de Luxembourg.

Martens Demolition Company SA

Pub

Aux commandes, on retrouve un grutier de Martens Demolition Company SA, une entreprise née en 1989 sous l’appellation de Martens Kabelrecycling SA. Martens Kabelrecycling SA s’était surtout spécialisée dans la démolition et le démantèlement d’anciennes installations électriques et d’anciens câbles dans les entreprises. Au milieu des années 1990, deux lignes de production étaient mises en service pour broyer et recycler les câbles en cuivre pur et plastiques. La Demolition Company est née de l’extension des activités aux « opérations de démolition, de terrassement et de démantèlement ». En 2009, Martens France et Martens Luxembourg furent à leur tour créées pour desservir avec du personnel local les marchés français et luxembourgeois. Finalement, Martens Democom NL était créée en 2014. Actuellement, l’entreprise se concentre essentiellement sur l’Europe de l’ouest, mais ne rechigne pas à accepter des missions au-delà.

Une Hitachi ZX 890 transformée

La Hitachi KMC 1200 S est en fait une Hitachi ZX 890 développant 382 kW ou 520 cv pour un poids de près de 85 tonnes. Rien n’a été changé au niveau du moteur et d’autres composants de base, mais l’ensemble de la grue a été adapté pour pouvoir travailler avec une flèche de démolition de 51 mètres mise au point par KTEG en collaboration avec STC, une firme néerlandaise. KTEG Multi Carrier est une filiale de l’importateur allemand de la marque Hitachi Kiesel. L’entreprise est spécialisée dans les constructions spéciales, et convertit notamment des pelles hydrauliques Hitachi pour répondre aux souhaits spécifiques de clients. Cette collaboration avec Hitachi n’a d’ailleurs pas toujours été facile, car le constructeur n’était initialement guère emballé par la conversion de ses machines originales. À tel point que KTEG a livré tout un temps des machines dans une livrée rouge, sans leur lettrage Hitachi d’origine. Les choses allaient toutefois changer en 2018 quand une joint venture démarrait entre KTEG et Hitachi. Grâce à cela, les deux entreprises disposent aujourd’hui d’un seul bureau d’études commun.  KTEG propose actuellement 14 modèles de base de 25 à 240 tonnes qui sont tous convertis pour répondre aux exigences du client.

Un rayon d’action allant de 27 à maximum 51 mètres

Avant l’arrivée de ce nouveau joujou, Martens Democom utilisait une Hitachi 870 à flèche télescopique pour ses travaux de démolition. La nouvelle KMC 1200S dispose quant à elle d’une flèche ‘high reach’ nettement plus puissante que la flèche télescopique. « Avec cette configuration HRD, nous pouvons démolir à une hauteur de 51 m avec un outil de 3 tonnes », explique Erik, un des deux créateurs de l’entreprise. Martens Democom possède une flèche triple qui permet de travailler à 33 m de hauteur avec un outil pesant 7,5 tonnes. Sans l’élément central, la portée maximum est de 27 mètres.

Avec la configuration HRD, la machine peut démolir jusqu’à une hauteur de 51 mètres avec un outil pesant 3 tonnes.

Montage et démontage sans grue télescopique

Le montage et le démontage de la grue sont uniques. Le châssis fixe peut se soulever automatiquement à l’aide quatre vérins. Cela permet de démonter rapidement les chenilles via un vérin supplémentaire et de les charger sur le camion par la grue même. Il ne faut pas de grue télescopique non plus pour le démontage. Les chenilles sont fixées grâce à différents raccords rapides. Au total, il faut 7 camions pour déplacer la flèche HRD et la machine de base.

Première mission

Une grue de démolition offrant une portée de 51 mètres est assez rare, mais c’est malgré tout un engin qui tend à se généraliser. Il y a en effet de plus en plus de chantiers de démolition de bâtiments industriels hauts dans les centres villes qui doivent céder la place à des projets résidentiels. En ville, la place disponible pour démolir est toutefois plus réduite et il est exclu d’abattre un bâtiment avec des explosifs. Une grue de démolition avec une flèche extralongue tombe alors à point nommé. La première mission de démolition à Mersch (Luxembourg) consistait à raser plusieurs complexes de silos et leur bâtiment annexe. Ce complexe sera remplacé par un nouveau quartier résidentiel de pas moins de 14 hectares.