Par les yeux de Pieter Blomme (gérant de Dranicon)

Au début des années 90, le nivellement était encore une activité confidentielle. Les choses ont bien changé depuis. En partie en raison des développements techniques qui sont venus bouleverser le secteur en peu de temps. Aujourd’hui, les égaliseurs et les niveleurs sont de plus en plus nombreux sur les chantiers. Pieter Blomme, gérant de Dranicon, a connu cette évolution depuis les débuts. Terra l’a rencontré pour parler de la situation du secteur et des progrès réalisés.

Terra : Comment vous êtes-vous lancé dans l’activité du nivellement et dans Dranicon ?

Pieter Blomme : « Mes parents possédaient une entreprise de jardinage, raison pour laquelle j’ai suivi une formation d’horticulture. Mais dès l’entame de cette formation, je me suis passionné par la mécanisation dans l’agriculture et l’horticulture. C’est pour cette raison que mon choix de stage s’est toujours porté sur des entreprises de mécanisation et que j’ai finalement laissé tomber l’horticulture. Vers la fin des années 90, je me suis retrouvé un peu par hasard dans le secteur du terrassement, parce que mon cousin cherchait quelqu’un pour conduire son tracteur et sa benne. C’était un monde inconnu pour moi. Mais peu de temps après, j’ai fait l’acquisition de ma propre pelle mécanique Atlas 1302 à roues. Quelques années plus tard, un camion avec porte-conteneur venait s’y ajouter. Au début des années 2000, nous avons dû excaver plusieurs souches le long de la voie ferrée à Zaventem. C’est là que nous avons acheté une Volvo 340. Mais il n’existait alors pas encore d’outil permettant d’extraire des souches du sol, et j’ai donc réalisé moi-même une fraise équipée d’un moteur hydraulique. La vitesse du disque, qui mesurait 1 m de diamètre pour 6 cm d’épaisseur, était de 1.400 tr/min, soit deux fois plus vite que les machines disponibles sur le marché actuellement. C’est à peu près à la même époque que j’ai eu envie d’investir dans un égaliseur. Mais les prix du neuf étaient astronomiques et les machines d’occasion pour ainsi dire introuvables. J’ai donc eu l’idée d’en construire un moi-même. J’ai rapidement revendu à un collègue, et il m’a fallu en construire un autre pour moi.  De fil en aiguille, j’ai donc commencé à construire des égaliseurs sur commande. Le modèle classique mesurait 3 mètres, mais j’en réalisais également de plus petits, à portes. Et nous achetions toutes les commandes qui équipaient nos égaliseurs chez Harcon. Peu de temps après, Harcon m’a demandé si vendre ses niveleurs et égaliseurs en Belgique m’intéressait. Comme les demandes que je recevais excédaient ma capacité de production, j’ai décidé de répondre favorablement à ces requêtes. Aujourd’hui, je construits encore des niveleurs et des égaliseurs pour des clients qui recherchent un engin spécifique que Harcon est incapable de produire, mais la majorité des machines sont de marque Harcon. Avec nos machines de démo, nous sommes aussi en mesure de donner un coup de pouce aux clients qui ont trop de travail avec leur propre égaliseur. Je ne prends pas personnellement de commandes, les donneurs d’ordre doivent toujours passer par mes clients. Comme je suis encore présent sur le terrain, je reste au courant des nouvelles mises à jour et je peux transmettre les propositions d’amélioration des niveleurs et égaliseurs à Harcon. »

Pieter peut utiliser les niveleurs avec lesquels il fait des démonstrations pour donner un coup de pouce à des clients en cas de besoin.

Terra : Comment avez-vous vu le nivellement évoluer au fil du temps ?

PB : « Jadis, les systèmes n’étaient pas aussi raffinés qu’aujourd’hui. Aujourd’hui, des vannes proportionnelles et des technologies permettent de travailler de façon plus précise avec une lame niveleuse ou un égaliseur. Au début, la proportion de clients qui voyaient la technologie laser d’un mauvais œil était plus élevée qu’aujourd’hui. Ils ignoraient comment ils devaient régler le laser. C’est pourquoi j’étais toujours prêt après la livraison à régler le laser ou à réaliser un plan de façon correcte. Au début, on utilisait souvent un bouteur ou un tracteur équipé d’un égaliseur sur les chantiers. Ensuite sont apparus les récepteurs laser ou des mâts à récepteurs ont été placés sur les égaliseurs. Mais cela ne se faisait pas encore automatiquement et le machiniste devait procéder aux opérations nécessaires pour aplanir la parcelle. Il y avait en outre moins de marques, et le marché de l’occasion était relativement confidentiel. Depuis l’arrivée de l’Internet, on peut découvrir en quelques clics tous les engins de nivellement disponibles en Europe. Commencer à égaliser avec une lame d’occasion est également devenu plus facile. L’augmentation des prix des matières premières à laquelle nous avons assisté a également renforcé l’intérêt pour le nivellement. Lorsque l’on doit couler du béton sur une grande surface par exemple, il est très important que la surface doit bien nivelée. Quelques centimètres de différentes représentent un important volume de béton à couler en plus. »

Terra : Mais quelle est la différence entre égaliseur et niveleur ?

PB : « Un niveleur ne permet de chasser qu’une quantité limitée de terre. L’avantage des niveleurs Harcon est qu’ils peuvent également être utilisés pour pousser. Cela permet de travailler plus efficacement dans les coins. Mais un niveleur est souvent accroché à une chargeuse sur pneus, qui dispose de plus de force de poussée que de force de traction. Lors de la finition, il y a donc moins de volume dans un niveleur que dans un égaliseur. Il faut également trouver la bonne application de nivellement. Si la surface est importante, il est préférable d’opter pour un égaliseur. Si elle est plus réduite, comme une allée, on préférera le niveleur. »

Terra : Quelles sont les différences entre le nivellement avec une pelle hydraulique et avec un niveleur ou un égaliseur ?

PB : « Certaines choses ne peuvent pas être faites avec un niveleur ou un égaliseur mais bien par exemple avec une pelle à 3D ou 2D. Principalement les terrains fortement inclinés ou les zones exiguës où il est difficile de passer avec un niveleur ou un égaliseur. Pour excaver de la terre, il est préférable d’utiliser une pelle mécanique, mais un scraper offre une plus grande surface. Sur de grandes surfaces, vous ne pouvez jamais obtenir avec une pelle le même rendement qu’avec un niveleur ou un égaliseur. Alors que quelques mètres cubes peuvent venir à manquer au bout du compte avec une pelle, une lame permet de résoudre ce problème rapidement et facilement en faisant quelques petits tours de plus sur le terrain. Avec une pelle, par contre, il faut tout recommencer à zéro pour trouver les quelques mètres cubes manquants. Les temps de transport sont donc beaucoup plus réduits avec un niveleur. Une machine à niveler se règle donc automatiquement toute seule, et il ne faut pour ainsi dire exécuter aucune opération. »

Terra : Quels systèmes de commande peut-on actuellement placer sur un égaliseur ou un niveleur ?

PB : « Le plus simple pour commencer est la commande laser. Vous pouvez choisir entre un ou deux récepteurs, en fonction de la précision que vous souhaitez atteindre. Avec deux récepteurs, vous pouvez piloter la machine des deux côtés. C’est le système le plus courant, qui offre une précision de l’ordre de quelques millimètres. Il y a également des systèmes GPS, dont il existe deux variantes : le GPS agricole et le GPS de chantier. Leur précision est la même, mais un GPS agricole permet de faire moins de choses qu’un GPS de chantier. Avec un GPS agricole, vous pouvez uniquement aplanir et travailler chaque plan individuellement. C’est la même chose qu’avec un laser, donc. Avec un GPS de chantier, par contre, vous pouvez directement passer à la zone aplanie suivante. En termes de précision, l’écart est de 3 à 4 cm. L’avantage d’une commande par GPS est que vous travaillez avec des fichiers que vous télétransmettez dans la commande proprement dite. Il ne faut pas jalonner de lasers et les conditions atmosphériques ne jouent aucun rôle. Dans les régions densément boisées ou près de bâtiments ou de ponts, le GPS peut toutefois être en butte à des problèmes de réception. Enfin, il existe des stations totales qui allient le travail en 3D d’un GPS et la précision du laser. »

Pieter travailler au laser, mais il est également possible d’équiper un niveleur ou un égaliseur d’un GPS.
%d blogueurs aiment cette page :