Entreprise de terrassement en images: Loon- en grondwerken D’Hauwers

« Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier »

Terra  a rencontré Nicolas D’Hauwers, gérant de l’entreprise de travaux agricoles et de terrassement D’Hauwers. C’est une entreprise qui a hérité la passion des beaux tracteurs du papa Luc, et l’amour des travaux de voirie de son fils Nicolas. Aujourd’hui, Nicolas utilise six ensembles tracteur-tombereau pour le terrassement. Et il brûle d’impatience de développer encore ses activités.

Pub

Des origines agricoles

Nicolas a commencé par travailler dans l’entreprise agricole de son père Luc. Les activités principales de l’entreprise étaient centrées sur le travail de la terre, la culture du chicon et de la pomme de terre mais aussi, depuis plus récemment, de l’oignon, du petit pois et de l’épinard. Mais Nicolas, de tout temps passionné par la construction des routes, décidait en 2014 de faire l’acquisition d’une benne tandem Joskin, un engin toujours présent aujourd’hui dans la flotte. C’est Nicolas lui-même qui a veillé à ce qu’elle soit parfaitement en ordre sur le plan technique. Au début, la benne servait à réaliser de petits travaux sporadiques. Puis un beau jour, une entreprise de travaux ferroviaires lui a demandé de l’aide pour vider un train. Cela a permis à Nicolas d’utiliser son tombereau plus longtemps chaque jour. Après avoir reçu de nouvelles commandes, il décidait finalement de créer son entreprise.  Puis faisait l’acquisition d’autres tracteurs et tombereaux : d’abord un tombereau tandem Alasco, puis un porte-conteneur tridem avec benne.

Le premier tombereau tridem

Le porte-conteneur tridem était surtout utilisé pour les longs transports et les transports d’importants volumes. Mais sa suspension pneumatique et l’absence d’un bon amortissement de timon le rendaient inconfortable lorsqu’il était associé au Fendt Favorit 926 de l’entreprise. En outre, le porte-conteneur avait une fâcheuse tendance à s’embourber lors du chargement et du déchargement en raison d’une monte pneumatique prévue pour la route. C’est pour cela que Nicolas décidait fin 2015 de faire l’acquisition de son premier tombereau Beco à grandes roues. Il optait délibérément pour un modèle d’occasion plutôt que du neuf. « J’avais à l’époque choisi d’acheter une occasion, car un tombereau neuf constitue un investissement énorme pour un entrepreneur en terrassement débutant. Mais c’était un modèle entièrement révisé par Blum Machinery, l’importateur officiel de Beco en Belgique. Ils savent précisément quelles pièces sont sujettes à l’usure et les remplacent avant la livraison. Techniquement parlant, un tombereau d’occasion comme celui-là ne diffère guère d’un neuf. » Selon Nicolas, Beco utilise aussi souvent des pièces renouvelables, ce qui fait que toutes les pièces d’usure peuvent être remplacées. N’ayant pour ainsi dire connu aucun problème avec ce premier tombereau d’occasion, Nicolas n’a pas hésité longtemps avant d’acheter un autre tridem d’occasion. « Après les congés du bâtiment, notre premier tombereau Beco neuf viendra moderniser notre flotte de transport. »

Le changement est toujours bon.

Le premier tracteur de Nicolas était un John Deere 6820. Un engin à la fois maniable avec le tombereau tandem de Joskin et suffisamment puissant. Plus tard, un Fendt Favorit 926 et un Fendt 936 Vario venaient s’y ajouter. Il s’agissait de tracteurs qui avaient déjà tourné dans l’entreprise du papa de Nicolas. Quelques années plus tard, de nouveaux Fendt 724 Vario et 828 Vario venaient renforcer la flotte. « Nous avons dernièrement fait l’acquisition d’un New Holland T7.270 Blue Power. J’ai été séduit par ce tracteur lors d’une démonstration et je ne peux pas me plaindre de son entretien. Et puis, le New Holland apporte un changement de couleur dans notre parc de véhicules. » Nicolas dispose également de deux pelles hydrauliques : un modèle à chenilles O&K de 16 tonnes et une pelle à pneus Atlas de 14 tonnes.  « Nous les utilisons le week-end pour de petits travaux privés, comme l’excavation d’une piscine ou d’une cave. »

Fendt 926 Favorit

L’ensemble préféré de l’entreprise D’Hauwers est sans conteste le Fendt 926 Favorit tractant un tombereau tridem vert de Beco. « C’est un tracteur que nous utilisons depuis pas mal de temps déjà et qui compte actuellement 16.000 heures au compteur. » Pour Nicolas, conduire le Fendt Favorit 926 combiné à un tombereau tridem a toujours été un rêve. Au début, le tracteur remorquait essentiellement le porte-conteneur à trois essieux, mais ce dernier a finalement été remplacé par le tridem Beco en raison de son inconfort. L’amortissement de timon du Beco augmente du tout au tout le confort en cabine, nous explique Nicolas. « J’ai envisagé un moment de placer une suspension pneumatique sous la cabine, mais cela n’est plus nécessaire désormais. » Nicolas ne prend plus personnellement le volant de son tracteur préféré, qui a été confié à un de ses chauffeurs à temps plein. « Mais je suis heureux comme un gosse quand je peux prendre place au volant le week-end », sourit Nicolas. Il envisage d’envoyer le tracteur à la retraite autour de 20.000 heures. « C’est préférable pour la fiabilité. Nous ne voudrions pas être trop souvent en panne. » Mais Nicolas ne s’en séparera jamais. « Si besoin est, je le mettrai dans une vitrine dans le living. » Nicolas a récemment acheté un Fendt 824 Vario qui complète la liste.

 

Entretien obligatoire toutes les 250 heures

La maintenance permet d’allonger considérablement la durée de vie des machines, et c’est pour cette raison que Nicolas veille à ce que chaque entretien soit réalisé à temps. « Toutes les 250 heures, chaque tracteur rentre pour un petit entretien. Nous sommes très à cheval là-dessus et nous ne laissons aucune machine sur un chantier une fois cette échéance dépassée. L’entretien est souvent réalisé par Nicolas et Arthur, un des chauffeurs de l’entreprise. Seuls les gros entretiens sont confiés au concessionnaire. Les tombereaux sont eux aussi entretenus à temps et chacun est muni d’un système de lubrification automatique dont l’appoint est fait en temps utile. « Nous n’avons pas énormément de pièces de rechange en stock, uniquement celles qui s’usent souvent. Mais nous inspectons régulièrement nos tracteurs et tombereaux pour détecter à temps les éventuelles pannes. »

Chaque chauffeur conduit toujours le même ensemble

« Nous insistons pour que chaque chauffeur conduise toujours le même ensemble tracteur-tombereau. Cela permet au client de s’y retrouver plus facilement et nous évite de devoir tout expliquer trois fois à nos chauffeurs. En outre, chacun prend ainsi soin de son propre tracteur. »

Travaux routiers avant tout

Les premiers chantiers de l’entreprise se situaient surtout dans le secteur ferroviaire. Un des premiers gros chantiers de Nicolas fut le déchargement de trains et d’autres travaux ferroviaires avec son tandem Joskin. Aujourd’hui, Nicolas se concentre essentiellement sur les travaux de voirie. De par la situation centrale de son entreprise, on le retrouve d’Anvers à Zaventem et à Lessines. Il n’aurait jamais osé imaginer que son rayon d’action irait aussi loin. Cela l’oblige parfois à laisser un ensemble tracteur-tombereau une nuit sur un chantier.  « Je ne le fais jamais de gaîté de cœur, mais il n’y a parfois pas moyen de faire autrement. A ce moment, nous essayons toujours de rechercher un agriculteur local ou un endroit sûr pour laisser notre matériel. »

 

 

 

 

 

 

 

L’agriculture, comme un hobby

Pour Nicolas, les travaux agricoles sont en définitive devenus comme un hobby. Chaque année, l’entreprise traite encore une centaine d’hectares. « Nous n’allons jamais laisser tomber un chantier pour des travaux agricoles. Lorsqu’il faut planter ou récolter, cela se fait toujours toujours après les heures ou le week-end. Cela fait souvent de longues journées, car nous avons deux récoltes par an sur certaines parcelles. Fort heureusement, je peux compter sur mes chauffeurs qui viennent me prêter main forte après leurs heures. »

 

Loon- en grondwerken D’Hauwers

Lieu : Sint-Lievens-Houtem (B)

Loon- en grondwerken D’Hauwers est une jeune entreprise établie à Sint-Lievens-Houtem. Elle est géré par Nicolas D’Hauwers (27) et son amie Fien Van De Slijke (24). Nicolas est chaque jour sur le terrain, mais il assure également l’entretien et le planning des machines. Son amie Fien aide Nicolas pour ce qui concerne l’administration. Nicolas est surtout actif dans la construction de routes, avec six ensembles tracteur-tombereau. L’entreprise dispose également de deux pelles hydrauliques. Mais elle est aussi active dans l’agriculture. Le travail du sol, l’épandage de lisier et le transport de balles de paille constituent les principales activités agricoles. Enfin, Nicolas travaille avec son père 100 hectares de terres agricoles, mais c’est un hobby pour après les heures ou pendant le week-end.