Feu Willy Haesaert de Nevele était un gros entrepreneur en travaux de terrassement bien connu. Cette notoriété, il se l’était forgée au cours des années 70, principalement en réalisant des travaux agricoles. Au fil des années 80, l’activité terrassement avait progressivement pris le pas sur l’agriculture avant que l’entreprise ne se tourne définitivement et exclusivement vers les travaux de terrassement et de voiture privés et publics vers la fin de cette décennie.

Dans les années 70, les premiers travaux de terrassement furent réalisés avec une grue montée sur un tracteur, avant l’apparition d’une excavatrice tractée Delano, première de trois engins similaires. Une première automotrice était achetée quelques temps plus tard chez Atlas à Grammont. Il s’agissait d’une pelle mécanique sur pneus Atlas 1302. De nombreux autres Atlas allaient lui emboîter le pas au fil des ans. D’ailleurs, la première pelle à chenille fut elle aussi une Atlas 1302.

Pub

Au plus fort de son activité, l’entreprise Haesaert exploitait pas moins de 13 pelles mécaniques allant de 4 à 25 tonnes. Il y avait là beaucoup d’Altas, mais aussi deux Kato, une FAI et quelques IHI. C’est toutefois en 2006 qu’apparaissaient les deux modèles phares apparaissaient. Il s’agissait de deux Terex TC 225 LC de 25 tonnes. Le premier de ces colosses venait remplacer l’Atlas 1504 LC. Redoutablement efficace, elle était suivit d’un second exemplaire deux mois plus tard à peine.

Hormis quelques camions M.A.N., Mercedes-Benz a toujours été considéré comme le « fournisseur de la cour » ici. Aux débuts, les camions venaient généralement de chez De Brabandere, qui en profitait pour fournir des remorques à benne basculante de la marque Langendorf. Plus tard, Haesaert allait choisit de faire confiance au garage Schoutteet de Roksem. Dans l’intervalle, il avait également fait l’acquisition d’une remorque OVA.

On ne compte plus les chantiers de prestige exécutés par l’entreprise de Nevele. En 2008 par exemple, elle participait au réaménagement du domaine du château De Spijker à Sint-Kruis, près de Bruges. Dès le début des années 90, elle avait déjà travaillé notamment sur le chantier des terminaux céréaliers d’Euro Silo SA à Gand. Elle y avait réalisé les travaux de terrassement préparatoires à l’installation des silos. La pose du gazoduc sous haute pression entre Zeebruge et Brakel pour l’entreprise Denys de Wondelgem fut un autre chantier remarquable.

Vers le début des années 90, les travaux de voirie publique allaient progressivement prendre le pas sur les autres activités de l’entreprise, qui continuait cependant à réaliser énormément de travaux de terrassement pour des particuliers : excavation d’étangs, réalisation de talus, importants terrassements pour des jardins… Pendant 40 ans, Hasaert a cependant aussi réalisé des travaux d’excavation de fondations pour le compte de Schrijvers Bouwteam et d’autres entreprises de construction. Tous ces travaux étaient souvent supervisés par Marnix Everaerd, véritable homme à tout faire de l’entreprise. Présent dès son plus jeune âge et dès les débuts de l’entreprise, il fut récompensé en 2004 par une montre en or.

Pendant l’hiver, l’entreprise de terrassement offrait également ses services à la population en épandant du sel de déneigement pour l’agence « Wegen –en Verkeer » dans la région d’Eeklo.

En 1994, la course de camions organisée au profit des moins-valides lors de la kermesse de Durmen organisée par le Café De Oude Smisse de Merendree allait marquer les esprits. L’entreprise y raflait pas mal de prix : plus grand nombre de véhicules inscrits, véhicule le plus spécial et ensemble le plus long.

Entre-temps, les fils de Willy, Wouter et Wim, étaient venus rejoindre l’affaire. Mais l’entreprise était cédée à un tiers en 2010, au moment du départ à la retraite de Willy. Ce dernier décédait malheureusement peu de temps après. Aujourd’hui, Tant Wim que Wouter sont encore actifs dans le domaine des travaux routiers. Wim est chef de projet chez Vindevogel NV et Wouter calculateur chez Willemen Infra SA., anciennement Aswebo.

Les travaux de terrassement sont décidément un microbe dont on ne se débarrasse pas facilement…

Texte et images: deoudedoos.be