Les machines électriques font leur effet sur le terrain

L’entreprise de construction LEONHARD WEISS a été convaincue par les machines et engins de chantier zéro émission de Wacker Neuson lors de travaux en plein cœur de Stuttgart.

Dans le cadre de la rénovation de la place du marché de Stuttgart, en plein centre-ville, l’entreprise LEONHARD WEISS a eu l’occasion de tester toute la gamme zero emission de Wacker Neuson. « Nous avons beaucoup apprécié que ces machines et engins électriques fournissent exactement la même puissance que leurs homologues conventionnels », se réjouit Simon Schall, directeur du département de génie mécanique chez LEONHARD WEISS. « Au début de la journée, on a beaucoup moins de points d’entretien que pour les engins avec mo-teur à combustion et l’opérateur trouve beaucoup plus facilement ses marques sur la ma-chine ».

Pub

Pour ce chantier à Stuttgart, l’entreprise a pu déployer des pilonneuses sur batterie largement éprouvées et disponibles sur le marché depuis 2015, ainsi que des plaques électriques, notamment de la nouvelle gamme APS, pour les travaux de compactage des sols. Le dumper sur chenilles DT10e, le dumper sur pneus DW15e et la chargeuse sur pneus WL20e ont permis de transporter efficacement les matériaux, sans émissions d’échappement directes et avec des émissions sonores très faibles. La pelle Zero Tail EZ17e a quant à elle participé aux travaux d’excavation et de démolition. Grâce à la technologie lithium-ions ultra-moderne, les machines sont capables de remplir les exigences élevées de puissance, longévité et robustesse.

Avec les machines et engins de construction électriques, il est plus facile de respecter les limites toujours plus strictes d’émissions de gaz d’échappement et sonores sur le chantier : elles n’émettent pas de gaz d’échappement localement. Par ailleurs, les machines de construction à propulsion électriques produisent jusqu’à 20 décibels* de bruit en moins que leurs homologues à essence. Une différence impressionnante quand on sait qu’une réduction de dix décibels revient à diviser par deux le volume sonore perçu.


Source – Wacker Neusson