Les pelles sur chenilles Liebherr : la Série R fête ses 60 ans

Liebherr a soufflé ses 70 bougies l’année dernière. L’entreprise familiale allemande en a profité pour dévoiler la 8e génération de la Série R de pelles sur chenilles.

C’est Hans Liebherr qui pose en 1949 les fondations d’une entreprise devenue depuis lors une valeur sûre dans différents domaines. En cette période d’après-guerre, ce fils d’un entrepreneur du sud de l’Allemagne perçoit la pénurie de machines (de construction) et met au point la grue à tour mobile TK 10. C’est ainsi que naît en 1949 l’entreprise Liebherr Maschinenfabrik à Kirchdorf.

Au début des années cinquante, Liebherr loue une excavatrice mobile. Il remarque vite la disproportion qui existe entre le poids et la puissance. À peine huit mois plus tard, il présente la Liebherr L300, une pelle hydraulique quatre fois plus légère que la machine qu’il avait louée. En 1954 toujours, en homme d’affaires avisé, il se rend compte qu’il existe un potentiel énorme pour le réfrigérateur. Plutôt que de reprendre une usine à vendre, il décide de construire sa propre usine pour se lancer dans la production de réfrigérateurs.

Les premières pelles sur chenilles

Vers la moitié des années cinquante, la pelle L300 va se décliner en une variante pour camion ainsi qu’en une version chenillée désignée R. La RT100 de 20 tonnes lancée en 1961 est la plus grosse Liebherr réalisée à l’époque. En 1961, le constructeur allemand inaugure une usine de pelles sur chenilles à Colmar, en Alsace. C’est de là qu’est sortie l’année dernière la 60.000e pelle sur chenilles, une R 922 présentant un poids opérationnel quasiment identique à celui de la RT1000. C’est en 1968 que Liebherr donne naissance à l’actuelle Série R 900.

Liebherr a profité du salon Bauma 2019 pour dévoiler la génération actuelle R 900, qui succède à la septième génération lancée en 2013. Les modèles R 922 et R 924 offrant un poids respectif de 22 et 24 tonnes constituent ici une nouveauté. La huitième génération de la Série R coïncide avec le passage à des moteurs Liebherr Stage V. Il va de soi cependant que la motorisation n’est pas la seule chose à avoir changé sur ce modèle.

La huitième génération remplace les anciens modèles datant de 2013 et qui étaient encore équipés d’un moteur Stage IIIB. Les nouvelles R 922 et R 924 disposent désormais d’un moteur conforme aux exigences d’émissions de Stage V. L’année dernière a également vu apparaître les nouveaux modèles R 926, R 930, R 934, R 938 et R 945.

Le centre de gravité bas assure une excellente stabilité à la machine.

Classe compacte

Différentes évolutions ont entre-temps bénéficié aux classes de moins de 22 tonnes et compacte. C’est ainsi que la nouvelle R 918 à moteur Stage 4 de 120 kW/ 163 ch a été lancée en 2017. La réduction des émissions est obtenue par DOC et SCR (AdBlue), avec en plus un filtre à particules optionnel. En 2018, la nouvelle R 926 Compact est venue pérenniser la ligne de production de modèles compacts. Elle est équipée d’un moteur Liebherr Stage 4 de 129 kW / 175 ch pouvant fonctionner sans vanne EGR ni filtre à particules.

Les nouveaux composants hydrauliques de la R 926 Compact garantissent selon Liebherr une augmentation de la productivité par rapport au modèle précédent. Le couple de rotation de la tourelle est de 84 kNm, soit une augmentation de 18 % par rapport au modèle précédent.

Le centre de gravité bas assure une excellente stabilité à la machine.

Mais revenons aux modèles de la 8e génération. Du côté du constructeur, on assure que cette génération se caractérise par de meilleures performances, une productivité plus élevée, une consommation en baisse ainsi que plus de sécurité et de confort pour le machiniste. Vu de l’extérieur, c’est surtout le nouveau concept qui saute aux yeux. Liebherr explique que le bureau d’études a entièrement révisé le concept de base pour améliorer le confort, la sécurité et les performances tout en garantissant une meilleure ergonomie pendant l’utilisation. La force de cavage et d’arrachage du châssis et le couple de rotation de la tourelle ont considérablement augmenté par rapport à la génération précédente.

Les nouveaux composants hydrauliques de la R 926 Compact garantissent selon Liebherr une augmentation de la productivité. Le couple de rotation de la tourelle est de 84 kNm, soit une augmentation de 18% par rapport au modèle précédent.

Les modèles sont disponibles avec différents types de châssis en X extrêmement robustes, notamment le nouveau châssis porteur WLC qui garantit le niveau de stabilité élevé exigé pour une utilisation particulièrement lourde. Le train de chenilles ne nécessite absolument aucun entretien et les galets sont dotés d’une lubrification permanente.

Dans la cabine, le machiniste dispose d’une facilité d’utilisation et d’un confort remarquables, avec notamment un écran tactile haute résolution de 7 pouces. L’utilisateur peut commander départ usine le prééquipement pour la commande machine Trimble 3D-GPS. Au crépuscule et à la nuit tombée, les projecteurs LED qui remplacent les halogènes offrent un éclairage extrêmement performant. Il existe d’ailleurs différents packs d’éclairage, comme le pack LED+ optionnel.

La série R 900 actuelle est très complète et va :

  • de la R 914 Compact de 14,9 – 17,8 tonnes, 0,80 m3 de capacité de godet et 90 kW / 122 ch à la R 936 Compact de 33,8 – 38,3 tonnes, 1,75 m3 de capacité de godet et 190 kW / 258 ch
  • de la R 918 de 19,6 – 22,7 tonnes, 1,15 m3 de capacité de godet et 120 kW / 163 ch à la R 980 SME de pas moins de 95,9 – 101,2 tonnes, 7,2 m3 de capacité de godet et 420 kW / 571 ch

Grondwerken Tops & Zoon (Putte) 

L’entreprise « Grondwerken Tops & Zoon » établie dans la région malinoise est essentiellement active dans la construction industrielle et les travaux d’égouttage. C’est pour cette raison qu’elle a fait l’acquisition d’une Liebherr 920 Compact. « Avec ses dimensions compactes, l’engin ne dépasse pas 3 mètres de largeur. C’est ce qui a fait pencher la balance en sa faveur lors de l’achat. » Pourtant, la pelle offre une cabine très spacieuse et son centre de gravité bas lui confère une excellente stabilité. « Le seul désavantage de la machine est le positionnement du moteur près de la cabine. Cela entrave la communication si quelqu’un se trouve à côté de la machine et souhaite parler au chauffeur. » Outre la force de levage appréciable, la pelle convient également pour les travaux de nivellement. C’est d’ailleurs pour cela que l’entreprise a installé un système 3D. La consommation moyenne de l’engin est actuellement de 9,5 litres par heure.

Thomas, machiniste de la Liebherr R920 Compact et cogérant, a opté pour cette pelle mécanique en raison de sa construction compacte, qui limite la largeur de l’engin à moins de 3 m.

%d blogueurs aiment cette page :